* autopsie, parfums de guerre pour une fanfare

Marjorie Heinrich définit ce spectacle comme une cérémonie sauvage, mais aussi comme une contribution pour, peut être, guérir les blessures de l’Histoire. Cette performance mêle art et réalité (grâce notamment aux photographies de Patrick Chauvel, reporter de guerre. Elle est réécrite à chaque fois suivant le lieu, l’espace…

Please discover the weird world of the Krache Theater, a show between reality and arts, where the audience is always surprised!

Pour de plus longs extraits du spectacle, des souvenirs de Dole ou de Chalon dans la rue


  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :